La Charité US : site officiel du club de foot de LA CHAPELLE MONTLINARD - footeo

INTERVIEWS USC Alexandre Bouvier (Joueur et Educateur des U13)

12 décembre 2018 - 06:23

 IMG_02141[1].jpg

 

 Alexandre, ta saison au FC Talant est la première en tant que salarié apprenti, qu’as-tu tiré de ton enseignement ?

C’était une expérience enrichissante sur tous les points : il y a beaucoup de potentiels individuels que ce soit chez les jeunes ou chez les séniors, j’ai senti un groupe d’éducateurs très solidaires qui a voulu marcher dans le même sens avec des idées et des projets très variés et intéressants. Notre classement est trompeur parce qu’il ne reflète pas du jeu que nous avons produit et les problèmes politiques et administratives nous ont bloqué par la suite, ce qui a conduit à la fermeture du club.

 

  • Tu t’es engagé au sein de la Charité pour diverses raisons (famille, professionnel…), un retour en terres nivernaises, quelle fut ta réaction en signant ici ?

Tout d’abord, je souhaite bon courage à mes anciens collègues en leurs souhaitant que du bien et j’espère les retrouver très vite. Ensuite c’est une grande joie de pouvoir signer ici : cela fait plusieurs saisons depuis que j’ai commencé le football que j’ai souhaité jouer ici et j’ai enfin l’opportunité de m’illustrer (je remercie Jessy Bourahli d’avoir pu accélérer la procédure).

 

  • La promotion du club en National 3 a eu un impact sur ton choix ?

Jouer à ce niveau est certes un énorme avantage, surtout dans le département, qui est une première dans l’histoire du club. Pour autant comme je l’ai dis précédemment, je voulais signer ici avant même que le club ne monte en Régional 1, c’est un réel plaisir de continuer ma carrière ici.

 

  • Quels sont tes qualités de joueur, tes postes de préférence et quelle est ton impression sur le groupe sénior ?

Je suis un joueur endurant qui peut tenir un match complet avec des efforts intenses, intelligent dans mon jeu (les choix simples, relancer propre), pas forcément de préférence mis à part que je me sens plus à l’aise en charnière centrale par rapport à ma vision sur le placement de mes partenaires et adversaires. Latéral car j’aime apporter offensivement et revenir défensivement. Pour ce qui est du groupe, l’intégration s’est très bien passée, il y a beaucoup de joueurs que je connaissais avant, d’autres non mais qu’ils m’ont très vite bien accueillis et des entraineurs dont le relationnel et la manière de gérer les groupes sont de mon avis très logique ; il y a énormément de qualité individuelle et collective et grâce ou à cause des niveaux des équipes séniors, c’est très difficile de gagner en place mais c’est ma source de motivation : je veux de la concurrence et ça me pousse à travailler et à progresser.

 

  • Le club vit une saison phare : le championnat en National 3 et un 64ème de finale de Coupe de France, qu’est ce que cela te représente ?

C’est une immense fierté pour nous, évoluer à ce stat de la compétition va nous faire grandir et mûrir à la fois, aujourd’hui on est le seul représentant du département on a ce statut de représenter toute la Nièvre et on aura besoin de soutien surtout contre Bourges, c’est la dernière étape avant de jouer peut-être une équipe de Ligue 1.

 

  • Quel est ou sont ton (tes) joueur(s) de référence ?

En amateur, Jessy Bourahli (rires). Cela dit, je regarde ces gestes, son caractère et son vécu. Il m’apporte énormément sur le plan sportif, professionnel et personnel, je lui dois beaucoup. Quand je l’ai rencontré à Challuy, je me suis dit que c’était quelqu’un de droit qui savait ce qu’il voulait. J’apprend de lui en quelque sorte, un peu comme un professeur à l’école. C’est grâce à lui que je suis là, il me donne sa confiance par rapport à mon sérieux et mon investissement et je veux lui rendre ça, ne pas le faire douter et qu’il a eu raison de son choix. Chez les pros, c’est mon « Coco » (rires, Corentin Tolisso). Il représente la jeunesse dans le monde du football qui travaille pour gagner sa place, il est compétiteur qui veut gagner des titres, je fais parti de ce réseau de joueurs avec une mentalité similaire.

 

  • Parlons de toi en tant que dirigeant, tu es éducateur du groupe U13, quel est ton ressenti au tout début ?

Quand j’ai croisé les enfants la toute première fois, j’ai senti un groupe solidaire qui se connaissait depuis longtemps, je ne connaissais pas trop leurs points forts/faibles mais on m’a dit beaucoup d’envie et de motivation.

 

  • Depuis, existe-t-il des valeurs auxquelles tu comptes partager ?

Oui naturellement : la ponctualité (être présent sur l’intégralité des séances), la discipline et le respect ainsi que le travail. En d’autres termes, faire progresser les enfants sur une bonne conduite, le talent et le hasard ne comptent pas dans mes critères, ce n’est pas en claquant des doigts que ça va venir tout seul. Chacun a validé ces critères.

 

  • Où en est-on sur l’évolution de ton groupe et as-tu fixé des objectifs sportifs ?

Il y a eu beaucoup de progrès sur le plan tactique, technique, et athlétique. Le plan psychologique commence à on peine à tenir les matchs sur le long terme et on a tendance à craquer sans qu’il y ait trop de conséquence. Mais ce sont des erreurs qu’on apprenne dans le passé et qu’on évite que ce soit répétitif. C’est ca que j’aime dans le sport, on peut être excellent mais on ne sera jamais parfait donc il y aura au minimum une correction à travailler. Je veux faire montée le groupe en D1, mais même sans trop en parler, mes joueurs se concertent dans le vestiaire, cela prouve une réelle ambition. Dans le mieux si on peut, nous essayerons de jouer en U14 Régionale la saison prochaine mais j’en discuterai au préalable plus tard avant d’entamer la procédure. Au futsal, nous sommes qualifiés pour le 3ème tour, l’objectif est d’atteindre la finale départementale, le reste ne sera que du bonus. Tout peut arriver le futsal est différent du foot extérieur.

  • Quelle est ta philosophie, ton entraineur-type et comment vois-tu le football moderne ?

J’aime bien la possession, avoir un fond de jeu cohérent simple en utilisant la largeur et avoir un bloc replacé en phase défensive. Je travaille beaucoup sur ce domaine à l’entrainement pour que le groupe a une notion tactique et athlétique. La méthode pédagogique allemande et la mentalité anglaise me correspond dans ma façon d’entrainer : avoir un cadre bien strict et ne rien lâcher de la 1ère à la dernière seconde. J’aime bien Ancelotti, il donne de la confiance à ses joueurs, mais si on se réfère à mes propos, ca sera plus sur du Klopp (rires). Aujourd’hui, c’est un football business où l’argent est trop mis en avant (les transferts excessifs par exemple), on joue pour l’argent et non pour le jeu, et Klopp le comprend parfaitement quand on voit l’intensité des matchs de Liverpool, les joueurs et même le staff se lâchent et ils prennent du plaisir en suivant ce chemin, moi je suis.

 

  • Tu es entouré d’un groupe de salarié joyeuse et sérieuse, valide-tu cette question ?

(rires), oui si il n’y a pas de joie, on ne travaille pas dans la bonne humeur mais il faut rester sérieux bien sûr. Chacun à ses compétences et le fait partager aux autres. Camille ? c’est quelqu’un que j’ai connu quand j’étais à Challuy à l’époque on se faisait la guerre quand on s’affrontait parce que chacun voulait être le meilleur (rires), mais le retrouver en tant que collègue qu’est ce qui peut être pire maintenant (rires). Charles aussi on l’accompagne dans ses démarches, ça renforce le travail en groupe. Et l’aide des contrats civiques ça joue aussi. Petite pensée pour Bilel et Alan qui passent un coup aux vestiaires (rires). Notre entraineur Gaston Diamé nous encourage et nous conseille sur beaucoup de choses. Je prends tout ce qu’il dit, que mon travail soit bon ou pas.

 

  • Pourquoi travailles-tu dans ta passion ? As-tu des projets sportifs et extra-sportifs qui te viennent à l’esprit ?

J’ai voulu me rapprocher d’un domaine où je me sentais à l’aise : au départ je voulais être professeur d’EPS, mais la compétition, l’animation et l’entrainement m’a convaincu contrairement à l’éducation. Je compte devenir éducateur sportif et entraineur fédéral. Et particulièrement avec les jeunes pour leur donner une autre instruction de valeurs, une éducation différente de leur quotidien. Je ne veux pas laisser les enfants à côté de la plaque parce qu’ils représenteront un jour ou l’autre l’avenir de nos équipes séniors, donc si nous ne les mettons pas dans de bonnes conditions ils partiront et cela veut dire que nous n’avons pas fait notre boulot. Faire grandir l’école de foot, la préformation et la formation (avoir minimum une équipe de jeunes en régionale), travailler sur le Label Jeunes et dans le cadre de ma formation du BPJEPS ASC concevoir un projet de stage sur la 2ème semaine des vacances de Pâques.

 

  • Un dernier mot pour conclure ?

Force à tous les Charitoises et Charitois, l’union de tout un club nous emmènera à la gloire finale.

 

 

Commentaires